Place pour se défouler

Des espaces de liberté pour jouer

Avoir envie de faire des découvertes, relever des défis et oser prendre des risques: ces dynamiques sont au cœur du jeu et de l’apprentissage. Les espaces de liberté intéressants incitent les enfants à imaginer leurs univers et à s’adonner au jeu. Ce sont des endroits où ils peuvent jouer sans surveillance, s’approprier l’espace et apprendre à évaluer les dangers.

Avec la densification de l’habitat, l’accès de plus en plus réduit aux espaces publics (p. ex. aux cours de récréation en dehors des heures scolaires) et l’augmentation du trafic routier, les enfants perdent de nombreux espaces de liberté (terrains en friche, parcelles inoccupées, grands jardins ou rues à faible circulation). Il faut prendre des mesures d’urbanisme et sensibiliser les parents, les gérants d’immeubles, les personnes impliquées dans la vie politique et les pouvoirs publics afin de préserver les espaces de liberté dont les enfants disposent actuellement, de rendre ces lieux accessibles et attrayants et d’en créer de nouveaux.

Les conditions de vie et de développement des enfants ont beaucoup évolué ces dernières décennies. La forte augmentation de la circulation, la densification des agglomérations urbaines et la baisse du nombre d’enfants font que les enfants d’aujourd’hui ne grandissent pas dans le même environnement qu’il y a encore 30 ans. Un aspect important de cette évolution concerne les possibilités pour les enfants de se déplacer, de jouer ou de rencontrer d’autres enfants seuls et sans surveillance dans leur cadre de vie.

Les espaces de liberté sont des espaces de mouvement et d’apprentissage

Dans les espaces de liberté non surveillés, les enfants peuvent apprendre l’autonomie et la gestion des conflits. Ils s’exercent également à évaluer les dangers et leurs capacités personnelles. À l’inverse, une part croissante du temps des enfants est consacrée à des activités dirigées. Ils effectuent moins de trajets seuls et jouent moins souvent en autonomie sur des aires de quartier. Pour que les parents puissent leur laisser des moments de jeu non surveillés en dépit du besoin grandissant de sécurité, il faut mener des actions de sensibilisation et mettre à disposition des espaces de liberté faciles d’accès, sûrs et intéressant.

Il est important que les enfants aient une activité physique et la possibilité de façonner le monde. S’ils ne peuvent pas se dépenser suffisamment ou si tout leur est imposé, ils développent des troubles comme le surpoids, des déficits cognitifs et des problèmes psychiques. Le jeu et l’activité en plein air dans un environnement naturel peuvent prévenir ces troubles et favorisent la bonne santé physique et psychique. Les espaces de liberté intéressants et naturels inspirent des jeux variés et contrecarrent la consommation excessive de médias, en particulier chez les écolières et les écoliers plus âgés. Il est donc indispensable d’intégrer de tels espaces de jeu et d’expérimentation dans l’environnement immédiat des enfants. L’étude «Raum für Kinderspiel» (Enfants: de l’espace pour jouer) l’a démontré.

Le droit de jouer

Un espace de liberté pour jouer n’est pas qu’une idée louable. Selon l’article 31 de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant (CDE), les États parties (dont la Suisse) reconnaissent à l’enfant le droit de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge et encouragent l’organisation de moyens appropriés de loisirs et d’activités récréatives. Avoir de l’espace pour jouer librement est indispensable au bon développement physique, psychique et social de l’enfant.